Olivier Mesnier

Un Mundo Raro – Duo Guitare / Chant avec Belinda Kunz

Note d’intention

Au départ, un projet initié par la chanteuse lyrique mezzo-soprano Belinda Kunz. L’idée fut donc de monter un duo chant/guitare autour de musiques classiques allant de Monteverdi ou Merula à des compositeurs plus contemporains, comme Eisler incluant aussi des chansons traditionnelles et beaucoup de liberté. C’est un travail d’arrangement, de composition, de conception commune et de mise en scène.

En tant que guitariste, passionné par beaucoup de styles musicaux, maniant la composition, l’arrangement et l’improvisation, l’aventure est très tentante. Ce qui enthousisame, au delà de la qualité musicale produite, c’est toute la liberté que nous avons de bousculer les codes et les contraintes du récital. Le repertoire qui s’ouvre à nous devient immense car la guitare dans sa richesse d’expressions et de timbres nous permet d’envisager toutes les audaces.

Belinda Kunz est une chanteuse avec d’incontestables qualités artistiques. Musicienne depuis toujours avec ce don si précieux d’une voix rare et précise, elle est aussi formée au théatre et à la danse. Rigoureuse, passionnée, curieuse et charismatique, elle sait capter le public par sa voix et sa présence. Ainsi, notre connivence artistique s’est vue transcendée pour créer un spectacle étonnant, inédit et d’une grande qualité musicale. Nous avons alors trouvé ensemble une unité de ton et un éclectisme qui se dévoile au travers de nombreux paysages musicaux.

Le spectacle à été crée en Novembre 2018 avec l’aide de Marie Duisit (professionnelle de l’opéra depuis de nombreuses années) qui apporta un regard plein d‘intelligence, d‘humour et de générosité. On travaille déjà à de nombreux développements et variations autour de ce projet qui nourri notre musicalité et qui enchantera le public.

Programme

Premier tableau : L’amour

Un mundo raro – José Alfredo Jiménez
Yo m’enamori d’un aire – Anonyme (chanson séfarade)
Mi Corazon – Anonyme (chanson séfarade)
Los Bilbilicos – Anonyme (chanson séfarade)
Milonga – Jorge Cardoso
Adio querido – Anonyme (chanson séfarade)

Deuxième tableau : La mort

Canzonetta Spirituale sopra alla nanna – Tarquinio Meruila
Pavane – Gaspar Sanz

In un fiorito prato (Orfeo) – Claudio Monteverdi
Der Leiermann – Franz Schubert
Komm süsser Tod – Johann Sebastian Bach

Troisième tableau: Le cabaret

Mutter Beimlein – Hanns Eisler
Das Lied von der Moldau
– Hanns Eisler
Le port de Vermenton – Gérard Montaudouin
Hommage à Mike – Gérard Montaudouin
Il n’y a pas d’amour heureux – Georges Brassens

Rappel

Wenn ich mir was wünschen dürfte – Friedrich Holländer (arrangement pour guitare électrique et voix)
Komm süsser Tod
Johann Sebastian Bach (arrangement pour guitare électrique et voix)
Habanera (Carmen) – Georges Bizet (rrangement pour guitare électrique et voix)

Paroles de spectateurs

« Deux artistes magnifiques, un programme recherché, original. Une réussite complète. Merci Belinda, merci Olivier pour ce moment de pur de bonheur et merci à l’Opéra Voyageur pour rendre tout ça possible dans nos petits villages. »


« De la tristesse nostalgique au sourire et au rire… c’est quand le prochain spectacle ? »


« Jamais je n’avais entendu Adio Querido chanté de façon si habitée. Et pourtant… Merci. »


« Un moment suspendu et habité ! Formidable ! Mon admiration. »


« Formidable ! Merci beaucoup ! »


« Bach à la guitare électrique : j’adore. Carmen Kung Fu aussi. »


« Belinda : ton interprétation de Il n’y a pas d’amour heureux : à pleurer d’émotion. »


« Bravo ! Une nouvelle fois, j’adore ! J’adore être surprise, étonnée… La guitare électrique… Que va-t-il se passer… Bravo à tous deux. »


« Merci pour ce moment d’évasion, de grâce, de poésie… »


« Je sors juste du concert Liberté, récital fantasque, et c’était juste fantas…tique ! Un beau voyage dans divers mondes comme une escapade en bateau où on accoste d’abord sur les rives du flamenco, de l’âme sépharade avant de changer d’univers et de se diriger vers des rives plus lyriques, baroques, puis incursion au cabaret au charme décalé avec à la fin une escale surprenante et très électrique au pays de Carmen, une version moderne et ébouriffante de virtuosité… Ce qui m’a touchée dans ce concert, c’est la créativité des deux interprètes, Belinda Kunz et Olivier Mesnier, qui s’approprient totalement ces airs connus pour nous les offrir réinventés avec profondeur et fraîcheur. On sent leur talent indéniable, leur complicité musicale, sous couvert de ne pas se prendre au sérieux. Ils ont l’art de nous emporter avec eux, de l’émotion au rire avec de vrais moments de grâce… »


 

Belinda Kunz (Biographie)

D’origine franco-allemande et parfaitement bilingue, fille d’une chanteuse lyrique et d’un pianiste chef de chant, Belinda Kunz se forme d’abord auprès de ses parents, parallèlement à de hautes études littéraires et linguistiques à l’École Normale Supérieure de Lyon et à la Sorbonne. Elle participe à des masterclasses de Ludovic Tézier, Evelyn Brunner, et se perfectionne aujourd’hui auprès du baryton Ivan Geissler. À Strasbourg, elle se forme au répertoire baroque auprès de Martin Gester, travaille le lied et l’interprétation avec Denis Dercourt et assiste régulièrement aux cours de direction de Theodor Guschlbauer. En 2013/14, elle poursuit sa formation théâtrale à l’École Internationale de Théâtre Jacques Lecoq.

Membre depuis 2008 de la Compagnie Opéra Autrement, elle interprète Orphée, Chérubin, 2e Dame, Carmen, Mercedes, Rosine, Isabella, Prinz Orlovsky, la Belle Hélène, la compagnie reprenant le grand répertoire lyrique à travers un travail d’arrangement et de recréation. Sur scène, elle sera prochainement Endymion dans Diana oder der sich rächende Cupido de Keiser dans le cadre du projet Génération Baroque 2018 du Parlement de Musique, sous la direction de Martin Gester et dans une mise en scène de Benjamin Prins, et interprétera le rôle-titre de la Grande Duchesse de Gérolstein à Strasbourg en mars 2019 sous la direction du jeune chef Etienne Ferrer.

Son répertoire de concert va de la musique baroque à la musique contemporaine. Elle chante notamment depuis 2017 avec les Voix de Stras / dir. Catherine Bolzinger, sextuor vocal dédié au répertoire contemporain. On a pu l’entendre par ailleurs sous la direction de Michael Balke (Opéra National de Lorraine, Orchestre Symphonique et Lyrique de Nancy, Masterclasse Ludovic Tézier), et de Theodor Guschlbauer (Kammerensemble Kehl-Strasbourg).

Belinda Kunz se produit régulièrement en récital en France et en Allemagne, accompagnée au piano, à la guitare, conviant à l’occasion des complices clarinettistes, trompettistes, conteuses, poètes.

Site internet : Belinda Kunz